Mise en lecture / Si bleue si bleue la mer / Regards croisés

Nous sommes plus de vingt à sortir du 15h16 à la gare de Grenoble. Direction l'hôtel Suisse-Bordeaux où nous nous répartissons à trois par chambre. Le temps de déposer nos sacs et nous voilà repartis pour une conférence à la médiathèque. C'est le festival "Regards croisés" et nous sommes venus lire une très belle pièce de Nis Momme Stockmann Si bleue si bleue la mer.

Au petit matin, nous nous retrouvons tous devant le Théâtre 145, cours Bériat, derrière la gare de Grenoble. Nous sommes encore un peu ensommeillés. Surtout, on ne se presse pas d'émerger. La journée va être longue et fatidique. Alors on gagne, on glane, on puise encore quelques forces dans cette torpeur. Bernard Garnier a disposé une vingtaine de gobelets en plastique sur le bar du théâtre et apparemment le café coule à ce même moment. Nous pénétrons dans la salle de lecture, la pièce centrale du 145. Les gradins du théâtre sont escamotés par un rideau. Au milieu de la scène, huit grandes tables forment un rectangle de 4 mètres sur 7. Autour de ces tables, des chaises. Les gradins sont disposés tout autour de cette table / scène, en trois rangées de hauteur variable. Chacun sort son texte et s'assied à l'un ou l'autre bout du rectangle de tables, à la place qu'il s'est attribué pendant les répétitions. Quelques uns chaussent leurs lunettes. D'autres s'étirent, se chauffent la voix. J'ai rejoint le régisseur dans sa régie, un promontoire au dessus des spectateurs, un nid suspendu dans la pénombre. Je lui remets un texte où est indiqué le "top" pour envoyer un morceau du groupe allemand "Tocotronic", un rock mélancolique indiqué en didascalie par l'auteur de la pièce, un rock adolescent et facile mais qui, placé au bon moment, peut s'avérer touchant. 

_jp-Angei-840.jpg


_jp-Angei-838.jpg


Je viens m'asseoir au milieu des acteurs. Nous commençons à lire. On peine à sortir de notre matinale hébétude. On joue haut, on joue à côté, on n'est pas chaud, on est trop loin, on va trop vite ou trop lentement, on rate ce qu'on ne rate pas d'habitude, on finit par délivrer le texte pour s'en débarrasser, pour aller au bout de ce long calvaire où rien ne respire, où rien ne vit. C'est inquiétant et ça ne l'est pas. Inquiétant parce qu'on jauge l'écart entre ce qu'il faudra faire cet après-midi et ce qu'on est en train de produire ce matin. Pas inquiétant parce qu'il est toujours bon de rater dans les grandes largeurs la répétition qui précède la représentation. C'est un peu comme si on balisait le terrain de toutes les erreurs qu'il faudra ne pas reproduire. Deux étudiantes en mise en scène de l'Ensatt ont assisté à cette lecture. Elles nous font des retours et nous invitent notamment à laisser davantage respirer ce texte. Précieux conseil.


_jp-Angei-824.jpg


_jp-Angei-823.jpg

Une pause café et nous nous y remettons. Cette fois c'est la dernière, c'est l'ultime. Avant de reprendre, j'essaie d'attirer l'attention des acteurs sur le "sens" de notre prise de parole. Avant l'arrivée du public, il faut être d'accord au moins là-dessus : pourquoi prenons-nous la parole ? Autrement dit : que souhaitons-nous faire raisonner dans ce texte ? Ou encore : pourquoi ce texte nous a-t-il plu et comment faisons-nous entendre ce sens qui nous a d'abord touché ? Dans Si bleue si bleue la mer, Nis Momme Stockmann, peint  la misère de la vie en cité ; il raconte avec force le destin d'un jeune couple confronté à un milieu délétère qui les pousse tantôt au crime tantôt à la non-assistance à personne en danger. La question posée par la pièce est la suivante : ces anti-héros sont-ils ou non responsables de leurs crimes et de leur apathie, ou sont-ils complètement "foutus" à cause du "biotope" dans lequel ils évoluent ? Et nous, notre groupe constitué en choeur d'acteurs pour l'occasion, qu'avons-nous à en dire ? Quel parti en avons-nous pris ? Derrière le déroulé de l'histoire, comment faire entendre notre point de vue, notre sensibilité, notre réponse à cette question ? On ne peut pas faire l'économie d'une réponse avant de prendre la parole en public. Notre réponse peut être nuancée mais elle doit être là, apparaître dans notre lecture, sous tendre notre jeu, déterminer nos partis pris scéniques (fussent-ils minimes dans le cas d'une lecture). Oui nous devons raconter cette histoire et aussi l'histoire de notre sensibilité passée au tamis de cette pièce. C'est en tenant, et le registre narratif, et le registre sensible et politique, que nous parviendrons cet après-midi à embarquer l'assemblée entière (nous compris). 

_jp-Angei-821.jpg

_jp-Angei-811.jpg

Nous reprenons la lecture. Et puis c'est la pause repas. Je rejoins Bernard Garnier et Cécile Corbery à la terrasse d'un bistrot, dans la vieille ville de Grenoble. Le cagnard nous chasse d'un parasol à l'autre ; nous déplaçons verres et carafes dans notre remue ménage. En rejoignant l'hôtel, je m'arrête dans plusieurs boutiques, je cherche une tenue pour la lecture de ce soir. J'essaie plusieurs chemises avant d'opter pour un polo sombre. Il faut encore essayer de se reposer, de glaner, gagner, puiser un peu de forces dans le sommeil. Le réveil sonne. Passer sous la douche. Enfiler la tenue soigneusement disposée sur une chaise. Rejoindre la troupe dans le hall de l'hôtel. Marcher en groupe les dix minutes qui nous séparent du théâtre, les jambes en cotons, la voix blanche, longer les murs pour éviter ce cagnard qui n'en finit pas de chauffer le bitume. Arriver un peu en avance. Trouver un coin pour se concentrer. Trouver les derniers mots à dire avant de dire ensemble le texte. Bernard prend la parole et présente la soirée. Nous entrons, texte à la main sous le regard du public. Chacun retrouve sa place autour de la table. On se regarde le coeur battant. Tout le monde est prêt ? Alors allons-y.


-----


Depuis 2007, je conduis un comité de lecture à l'ENSATT. Ce comité regroupe des étudiants en écriture, jeu et mise en scène. Une partie des textes que nous lisons provient du collectif Troisième bureau. Cette année, nous avons sélectionné une pièce que nous sommes venus lire à l'occasion de leur festival "Regards croisés". 

Si bleue si bleue la mer est une pièce de Nis Momme Stockmann traduite de l'allemand par Nils Haarmann et Olivier Martinaud. Cette pièce très forte a été lue par les comédiens de la promotion 72 de l'ENSATT dans une mise en lecture de ma pomme. Etaient présents également les étudiants en écriture et en mise en scène qui ont participé à la sélection des textes. 

Ont participé aux comités de lecture de l'ENSATT, les comédiens Joseph Barillon, Liza Blanchard, Pierre Cuq, Sophie Engel, Eloïse Hallauer, Simon Jouannot, Kayije Kagame, Noé Mercier, Héléna Sadowy, Mathieu Petit, Marion Petit-Pauby, Louka Petit-Taborelli ; les metteurs en scène Adrien Dupuis-Hepner, Julie Guichard, Louise Vignaud ; les écrivains Virginie Berthier, Adrien Cornaggia, Alison Cosson, Caroline Dumas de Rauly, Perrine Gérard, Marilyn Mattei, Pauline Noblecourt, Alan Payon, Samuel Pivot, Guillaume Poix, Julie Rosselot-Rochet.  

Commentaires

1. Le mercredi, octobre 10 2012, 07:23 par Denver Broncos Jerseys

There is no doubt that Falcao is a major driving force in the Atletico Madrid on a growth path, is driving sheets troops "move up. http://www.broncosjersey2012.com/ Columbia "Tiger" is Atletico's best player, a player like natural objects coveted by the major giants. http://uggboots-sale-uk.webeden.co.... According to the British "Sun" reported to dig from Atletico Falcao, Chelsea and even willing to bid 56 million euros, and they hope that this winter will Falcao away. Falcao This is not the first time linked with this ultra-high offer, I am afraid it will not be the last.

2. Le samedi, novembre 17 2012, 01:57 par uggs cyber Monday

Compared to the performance of the eye-catching James, Wade tonight's performance can only be used generally to describe, http://www.uggcybermonday.org he played 23 minutes and 14 seconds, only 5, but his defense still won handsome praise of Sri Lanka. "I told him the performance is quite satisfactory, especially in defense, and I believe he will get back offensive," Spoelstra said.

3. Le jeudi, avril 18 2013, 05:16 par paleo diet

Good reading. Thank a lot for taking the time. I will check here to see what's new and recommend my friends about this.

4. Le vendredi, avril 19 2013, 18:32 par best hcg drops

You rock. Thank you for posting this. I will come again to read more and tell my coworkers about this site.

5. Le lundi, mai 6 2013, 17:40 par Hcg Drops

Nice website. Thank you for writing that. I will definitely return here to see what's new and tell my friends about this site.

6. Le mardi, mai 7 2013, 02:17 par Hcg drops

Like your site. My thanks for taking the time. I'll definitely come again to find out more and tell my people about this.

7. Le mercredi, mai 8 2013, 07:11 par hcg drops diet menu ideas

Great writing. Thanks for doing such a good job. I'll definitely check back to find out more and recommend my neighbors about this website.

8. Le samedi, mai 11 2013, 00:28 par pure hcg

Good results in relation to this important web-site. My wife and i treasured reading it again, and in addition shall keep coming back occasionally, looking to find anything innovative.

9. Le dimanche, mai 12 2013, 12:07 par My Homepage

Really good effectiveness regarding this unique website design. I actually was pleased with viewing it again, and as a consequence may very well return quite often, attempting to find nearly anything innovative.